Acte 2 – juste accepter

La vie est faite de tout un tas de chemins et elle a tendance à te rappeler à l’ordre à chaque fois que tu penses être sur une autoroute sur laquelle il est possible de mettre le régulateur de vitesse et de piquer un petit somme (et oui, ce n’est que le début et je sais que tu adores déjà mes magnifiques métaphores)

Sauf que la vie ne ressemble pas à la route 66.

La vie est une route sinueuse remplie de croisements où chacun choisie sa propre voie.

S’il faut être deux pour fonder un foyer, j’ai appris à mes dépends qu’une seule personne suffisait pour tout détruire. C’est quand même un comble de découvrir cela à 38 ans.

Bref, quelle que soit les raisons de ma présence ici, je me retrouve donc à tout redécouvrir par moi-même. A retenter de nouvelles expériences seul. Juste pour moi et (re)découvrir l’homme qui se cachait sous cette carapace.

C’est marrant, lorsque j’ai créé mon premier (et mon seul d’ailleurs) blog il y a plus de 10 ans, je ne parlais que très peu de moi, ou alors en filigrane sous une énorme couche d’humour. Peut être que ce style reviendra, peut être pas. J’ai changé en 10 ans. Ma vie a changé, les responsabilités aussi. Et pourtant, je ressens comme un feu qui brûle en moi et une envie irrésistible de parler de moi, d’exposer mes qualités mais mes également failles … tout ce qui fait de moi ce que je suis. J’ai été élevé selon le principe qu’un garçon ne pleure pas, qu’il doit être fort pour sa famille. Je voulais être un roc, un pilier pour ceux que j’aime … mais lorsque je n’ai plus réussi à tenir ce rôle, qui a été là pour moi ?

Trop longtemps j’ai eu honte de ce que je suis et de certains choix que j’ai fait car peut être que ces derniers, je ne les avais pas vraiment fait pour moi mais plus pour les autres et je me suis senti comme enfermé dedans. Alors aujourd’hui, je veux l’écrire et le dire. Non, je n’ai plus honte de ce que je suis au fond de moi et je peux dire que si j’ai fait certains choix à une certaine époque, c’est parce que j’étais persuadé que c’était le meilleur pour moi. Et maintenant, je peux dire que beaucoup de ces choix ne me ressemblent plus et que je ne les veux plus pour moi. Je ne renie pas ce que j’ai été, je les laisse juste au passé.

Aujourd’hui, je me suis inscrit à un cours de théâtre d’improvisation. J’ai tellement hâte mais je suis également terrifié. Il faudra attendre le 10 mai … une éternité.

(oui, tu l’as remarqué assez vite, les transitions ne sont pas mon fort)

Au fond de moi j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Pourtant, j’ai fait beaucoup de théâtre dans ma jeunesse et j’adore me donner en spectacle mais c’est cette insouciance que j’ai perdu et que j’espère retrouver. Je ne suis pas nostalgique du passé et j’accepte que les choses aient changé, j’accepte avoir changé mais certaines choses ne devraient pas se perdre avec le temps et l’insouciance en fait partie. S’amuser d’un rien, profiter de chaque instant, voir le bon côté de chaque chose. Je le redécouvre en ce moment … en espérant que c’est quelque chose qui ne me quittera plus jamais.

En réalité, on reste toujours un enfant au fond de nous. Vivre, c’est vaincre ses peurs et affronter ses démons. On veut toujours être avec quelqu’un pour se donner des forces : une famille, des amis, un amour, un enfant … mais finalement, le vrai courage, n’est ce pas d’affronter la vie seule et d’en tirer le maximum de bonheur ?

 

 

Publicités

Acte 1 – C’est l’histoire d’un mec …

Bonjour à toi lecteur, je me présente : Koyotte ! Enfin, pour tout te dire (ça ne te dérange pas qu’on se tutoie hein ?!?) c’était moi. Le personnage que j’avais créé il y a maintenant 10 ans.

C’était quand même bien pratique d’avoir un personnage. Cela permet de parler de soi tout en gardant un certain recul et de la distance. Par contre, avoir un personnage public (même si personne ne le connaît) peut être une excellente chose, continuer à mettre un masque dans la vraie vie en est une autre.

Jusqu’au jour où on se réveille.

J’ai toujours voulu être quelqu’un de bien. Un bon voisin, un bon ami, un bon mari, un bon père, un bon salarié, etc. Mais à trop vouloir bien faire, on finit par s’oublier soi-même.

Au fond, qu’est ce qui me fait rêver aujourd’hui, qu’est ce que j’aime vraiment … ma famille, mon fils, mon boulot, etc. d’accord …. mais, au fond de moi, qu’est ce qui me fait vraiment vibrer. Et là, on remarque que l’on a pas de réponse … comme si j’étais devenu une coquille vide. J’avais pourtant plein de passion plus jeune : la musique, le théâtre, danser, rire et faire rire, chanter, partager mes passions et mes failles … toutes ces choses que j’ai peu à peu arrêter de faire pour me concentrer sur la mission que je me suis donné : chef de famille. Sauf que lorsque me famille a éclaté, je me suis retrouvé bien con … et bien seul.

Tu vois lecteur, c’est l’histoire d’un mec qui se réveille un peu tard … une fois la bataille terminée. Mais un mec qui refuse désormais de fermer à nouveau les yeux.

Je suis terrorisé par l’avenir, la peur de ne pas se relever, la peur de ne pas savoir faire, de refaire une nouvelle fois les mêmes erreurs.

La vie est une histoire de liens …. certains se brisent et de nouveaux se tissent …. Mais je veux vivre désormais.

IMG_20180324_175353449

Finalement, c’est une histoire tout ce qu’il y a de plus banal, c’est l’histoire d’un mec qui est tombé tout en bas et qui maintenant doit se relever … pour lui d’abord et puis après pour ceux qui l’aiment et qu’ils aiment.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑